ARCHIVES RAP FRANÇAIS

Depuis la création du Fanzine HIP HOP SANS CONCESSION“, en 1999, l’équipe met tout en oeuvre pour que cette presse du rap, accessible au grand public, soit  une référence auprès des fans. Oui, accessible car toutes les revues ont été distribuées gratuitement jusqu’en 2003. 9 numéros ont été imprimés pour être plus précis. 9 Fanzines tous aussi exclusifs les uns que les autres. Dès la première année, ROHFF nous a offert sa toute première visibilité dans un média en faisant la couverture du N°2, annoncant une grosse interview dans les pages qui suivent. Nous l’avons interrogé en exclusivité sur ses actes, ses idées ainsi que ses projets dans la fin des années 90. Il partage la première page avec Vibe, Assassin Prod, Faf Larage, Delta de l’Expression Direkt, Le Dentist et Ul’team’Atom. Le numéro suivant fait profiter INTOUCHABLE, réalisant lui aussi sa première couverture sur un support médiatique. Inutile de vous rappeler leurs réponses à nos questions, par rapport à leur parcours et leurs projets en cours… Cette année-là marque surtout le début de la reconnaissance du groupe mais aussi la bonne époque de la Mafia K’1 Fry exclusivement racontée en parrallèle ! Depuis le N°0 jusqu’au N°8, nous avons suivi de près Simba & G.lia, Idéal J, La Cliqua ainsi que Nouvelle Donne Music, Comité De Brailleurs, Triptik en passant par Ol’Kainry, ANPE (A Ne Pas Emmerder), Diez Despérado, Niroshima et j’en passe… Que de grosses interviews exclusives. En 2004, SANS CONCESSION embraye la vitesse supérieure et passe de Fanzines à Magazines en kiosques. La concurrence est rude alors il fallait se positionner au-dessus du lot, quoi de mieux que d’afficher une des figures du rap US pour se démarquer… Nous avons entamé le N°1 avec un interview d’un mythe PETE ROCK, une grosse pointure en couverture ! Suivi de la rencontre exclusive avec Method Man à New York ! La première page annonce évidemment des entrevues énormes avec des rappeurs locaux comme Rim’K, Odessa Music etc… A la sortie du N°2 , Booba apparait en couverture et fait mouche avec son interview vérité qui restera dans les annales. SANS CONCESSION enchaîne avec 3 autres numéros toujours en exclus, nottament avec Kool Shen en couverture sur le N°3, où vous pouvez lire le parcours de l’acolyte de JoyStarr “de Nick Ta Mère à IV MY PEOPLE”. Vous serez également tenté d’en savoir plus sur Tony Touch, Octobre Rouge, Din Records, Wordsworth, Sadik Asken et DJ Pray One en feuilletant les pages de ce volume 3. Le Facteur X et MC Jean Gab’1 ont également répondu à l’appel sur les deux derniers numéros avant de découvrir la prochaine exclusivité de SANS CONCESSION, cette fois sous forme de DVD. On allait carrément à la rencontre des artistes chez eux, avec le réalisateur Clément Sellin, et on filmait les gars directement dans leur monde ! Cela a permis par exemple à Alibi Montana de nous présenter ses bails à la Courneuve, ou encore Samat à Stains… Mais ça a surtout aidé quelques groupes à faire leurs premiers pas dans le milieu médiatique avec des freestyles filmés en bas de chez eux, comme la fameuse vidéo freestyle exclusif de la Sexion d’Assaut ! Toujours dans l’exclusivité, il ne faut pas oublier qu’en 2002, SANS CONCESSION réalise une mixtape mixée par DJ Pray One. Sur laquelle sont présents Assassin, Comité de Brailleurs, Dicidens et pleins d’autres qui ont posés de gros morceaux exclusifs. Cette mixtape comprenant 2 faces bien garnies s’écoulera à plus de 10 000 exemplaires.